Viveka Chudamani

Vivéka-Chûdâmani littéralement "le suprême joyau de la discrimination" fait partie des grands rédigés du philosophe et mystique indien Adi Shankara qui vécu ente le VIII e siècle et le IX e siècle de notre ère.



Catégories :

Texte de l'hindouisme - Spiritualité hindouiste

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... I bow to Govinda, whose nature is Bliss Supreme, ... Adi Shankaracharya's Viveka Chudamani translated by Swami Madhavananda :... is designated as discrimination (Viveka) between the Real and the unreal.... (source : vedantabheri)
  • Shankara's Crest Jewel of Discrimination : The Viveka - chudamani : Timeless Teachings on Nonduality... A classic text on the path to God through knowledge.... According to Shankara, it is the ignorance of our real nature that causes... (source : vedanta)
  • 'Viveka'means discrimination, 'Chuda'is crest , and'Mani'means jewel.... where the master explains to the disciple the nature of the Atman and the ways to research and know the... The text begins with Adi Shankara's salutations to Govinda, .... Viveka Chudamani Or Crest Jewel of Wisdom of Sri Sankaracharya.... (source : en.wikipedia)
Adi Shankara

Vivéka-Chûdâmani littéralement "le suprême joyau de la discrimination" fait partie des grands rédigés du philosophe et mystique indien Adi Shankara qui vécu ente le VIIIe siècle et le IXe siècle de notre ère. Ce dernier se compose de cinq cent quatre-vingt versets rédigés en sanskrit. Il traite de la non-dualité propre à la philosophie de l'Advaïta-Védânta qui est une des écoles philosophiques hindouistes la mieux connue du Védânta

Structure du texte

Viveka Chudamani ne comporte pas de divisions par chapitre et par section. C'est une forme de dialogue entre le maître et le disciple structuré en versets. Le premier expose son enseignement et répond aux demandes du second qui par la parole du maître finit par parvenir à la connaissance directe de sa nature véritable. Le fil conducteur est le moyen (discrimination) par lequel atteindre aussi à la connaissance directe de la vraie nature du réel et de s'affranchir de la souffrance.

Contenu en bref et sous-jacent

Le texte débute par une louange de Adi Shankara adressée à son maître Govinda Bhagavatpada. S'ensuit une mise en garde à l'encontre du lecteur qui y chercherait un réconfort psychologique ou moral ou alors un moyen de perfectionner sa condition matérielle.

Puis, le texte continue par l'exposition de l'enseignement lui-même. Tout au long, il est question de manière sous-jacente de la nature erronée de la vision appréhendant la réalité ordinaire à sa façon. Cette forme de vision non épurée crée une dualité entre ce qui est perçu et ce qui perçoit. Celle-ci est à la racine de la souffrance et de la séparation avec la profondeur de l'être qui est empli de paix et de béatitude.

Pour mettre en évidence la nature erronée de la vision provenant des sens et remédier à cet état, le texte donne des développements de nature technique propres à la métaphysique indienne. Ceux-ci doivent, avec la discrimination constante entre le réel et l'irréel, finalement conduire à la réalisation de la non dualité c'est-à-dire à la connaissance directe de la vraie nature de ce qui est .

Bibliographie

Voir aussi


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Viveka_Chudamani.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 27/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu